Qu’est-ce qu’une infrastructure cloud hybride ? 

En 2018, les analystes de la société de recherche 451 Research prévoyaient qu’en 2019, 69 % des entreprises utiliseront des environnements cloud hybrides. Bien que ces chiffres n’aient pas été atteint
full cloud

Bien que de nombreuses organisations aient d’abord adopté une infrastructure cloud hybride pour surmonter les lacunes de leurs propres centres de données, il existe de nombreux domaines où les clouds hybrides démontrent leur importance, comme le montre une récente enquête d’Everest Group indiquant que 72 % des organisations décrivent leur stratégie de cloud comme hybride.

Un rapport de 2019 de Flexera a révélé que les entreprises ayant une stratégie hybride (combinant des clouds publics et privés) sont passées de 51 % en 2018 à 58 % en 2019.

Le déploiement de cloud hybride combine les avantages des hyperscalers en matière d’innovation, de vitesse, de consommation et d’échelle avec les avantages privés de la conformité réglementaire, des performances, de la gravité des données et de la récupération des investissements existants. Il permet également un placement de charge de travail de plus en plus dynamique et optimisé au fil du temps. Découvrez tout sur les infrastructures clouds hybrides.

Au programme de cet article

Qu'est ce que le cloud hybride ?

Savant mélange de plusieurs infrastructures informatiques de stockage de données, une infrastructure cloud hybride est une infrastructure combinant au moins deux clouds de type différents. 

Définition du cloud hybride

On parle d’infrastructure cloud hybride quand un ou plusieurs types d’environnements cloud sont combinés. Un cloud hybride est donc la combinaison de solutions cloud privé et de cloud public. Cela inclut également les infrastructures héritées sur site.

La combinaison de ces clouds doit fonctionner ensemble et être fortement interconnectée.

Voici quelques caractéristiques d’une infrastructure cloud hybride :

  • Gérer les charges de travail applicatives et les processus métiers sur les deux environnements : cloud privé et cloud public
  • Offrir un pool de ressources unique
  • Avoir l’ensemble des éléments de l’infrastructure cloud hybride orchestré de manière commune pour fonctionner ensemble
plateforme cloud

L’infrastructure cloud hybride comprend généralement une infrastructure publique en tant que plate-forme de service (IaaS) telle qu’Amazon Web Services, Microsoft Azure ou Google Cloud Platform ; un cloud privé ou un centre de données et l’accès à un réseau sécurisé. De nombreux modèles hybrides tirent parti des réseaux locaux (LAN) ainsi que des réseaux étendus (WAN).

Les entreprises qui adoptent une stratégie de cloud hybride commencent généralement par une solution IaaS et étendent les fonctionnalités au cloud privé. Pour déployer efficacement une stratégie hybride, les clouds publics et privés doivent être compatibles entre eux pour pouvoir communiquer. Dans de nombreux cas, le cloud privé est construit pour être compatible avec la solution publique.

Architecture de l’infrastructure cloud hybride

Comme évoqué, l’architecture d’une infrastructure cloud hybride repose sur des ressources de cloud privé et de cloud public. Les environnements cloud sont associés à des outils de gestion commun leur permettant de fonctionner de manière synchronisée.

Les charges de travail et les données peuvent ainsi facilement se déplacer entre les différents environnements cloud pour répondre au pic de demande.

L’architecture de cloud hybride se compose souvent de plates-formes d’infrastructure en tant que service (IaaS) basées sur le cloud d’hyperscalers tels qu’Amazon Web Services, Google Cloud, Microsoft Azure ou VMware Cloud.

Les fournisseurs de cloud se connectent à l’infrastructure sur site via une connexion de réseau étendu (WAN) à large bande pour faciliter le transfert de données et la migration des charges de travail vers et depuis le fournisseur de cloud si nécessaire

Cas d’usage d’une infrastructure cloud hybride

Afin d’illustrer le recours à une infrastructure cloud hybride, voici quelques scénarios :

  • Traiter le big data : rare sont les cas où vous traitez du Big Data en continu. Vous pouvez ainsi exécuter des fonctions d’analyse de Big Data sur un cloud public tout en sécurisant vos données dans votre cloud privé.
  • Gérer les ressources : vos workloads dynamiques peuvent être gérer dans un cloud public évolutif et vos workloads plus critiques ou moins volatile dans un cloud privé. Le cloud public est aussi le moyen d’allouer des ressources de cloud supplémentaire à moindre coût pour un projet court terme.
  • Migrer vers le cloud à son rythme. Vous pouvez tester les différents environnements cloud et étendre peu à peu votre présence dans le cloud en fonction des besoins de votre entreprise.

Fonctionnement du cloud hybride

Comme évoqué, les infrastructures cloud hybride fonctionnent en ayant recours à des clouds publics et privés en les gérant comme une seule entité.

Les charges de travail et les données peuvent ainsi se déplacer de manière totalement transparente entre les différents environnements cloud.

L’infrastructure cloud hybride repose sur la virtualisation des données, des charges de travail des fonctions réseaux mais aussi sur la connectivité à un ou plusieurs fournisseurs de cloud.

cloud azure

Pourquoi choisir une infrastructure cloud hybride ?

full cloud

Selon une étude publiée par l’éditeur de logiciels américain Nutanix en 2018, 91 % des responsables d’IT considèrent que la meilleure architecture cloud est celle du cloud hybride.
Si l’infrastructure cloud hybride est autant apprécié des responsables informatiques dans le cadre de leurs modern infrastructure, c’est parce qu’il présente de nombreux avantages :

#1. La disponibilité du cloud hybride

Les données sensibles ainsi que les données couramment utilisées restant présente sur site, elles sont facilement accessibles sans subir de temps de latence.

#2. La scalabilité (ou montée en charge)

solution azure

Lorsqu’une entreprise est soumise à un pic de demande comme les sites de ventes lors du black friday, elle a besoin de beaucoup plus de puissance de calcul pour toutes les traiter.
Avec une infrastructure cloud hybride, les entreprises peuvent facilement encaisser des pics de demande en déléguant cette charge de travail à un cloud public tel que le cloud Azure pour effectuer ces tâches sur des serveurs externes plus puissant.
Ainsi, elles n’utiliseront cette puissance de calcul qu’au besoin, réalisant ainsi des économies.

#3. L'amélioration de la gestion des risques avec une infrastructure cloud hybride

Le cloud computing hybride donne aux entreprises un contrôle crucial sur leurs données et une sécurité améliorée en réduisant l’exposition potentielle des données.

Les entreprises peuvent choisir où héberger leurs données et leurs charges de travail en fonction des exigences de conformité, de politique ou de sécurité. L’environnement hybride permet également aux équipes de sécurité de standardiser le stockage cloud redondant, ce qui est un aspect important de la reprise après sinistre et de la redondance des données.

La gestion centralisée d’un cloud hybride facilite également la mise en œuvre de mesures de sécurité techniques solides telles que le chiffrement, l’automatisation, le contrôle d’accès, l’orchestration et la sécurité des terminaux afin que vous puissiez gérer efficacement les risques.

#4. Evolutivité et contrôle améliorés 

Une infrastructure cloud hybride donne aux entreprises un meilleur contrôle sur leurs données. À mesure que les besoins de l’entreprise évoluent et que la demande de services informatiques fluctue, les entreprises peuvent adapter leurs charges de travail en conséquence. De plus, le cloud permet une automatisation accrue afin que vous puissiez ajuster vos paramètres cloud pour répondre automatiquement aux changements de la demande, optimisant ainsi les performances et l’efficacité.

#5. Des économies en bout de ligne : l'avantage financier du cloud hybride

enveloppe budgetaire

Les architectures hybrides offrent plusieurs possibilités d’économies. Les coûts d’archivage, de reprise après sinistre et d’autres coûts de stockage de données sont comparativement inférieurs à ceux de l’infrastructure sur site. De plus, étant donné que les ressources du cloud public peuvent être activées ou désactivées virtuellement à la demande, il n’est pas nécessaire de provisionner ou de payer les ressources du cloud jusqu’à ce qu’elles soient nécessaires, et seulement lorsqu’elles sont réellement utilisées.

Les défis rencontrés avec une infrastructure cloud hybride

Bien qu’un modèle de cloud hybride présente de nombreux avantages, il peut ne pas convenir à toutes les organisations. Il existe plusieurs inconvénients qui peuvent l’emporter sur les avantages en fonction des priorités, du budget et de l’expertise de votre entreprise.

#1. Besoin de gérer plusieurs fournisseurs et plateformes 

collaboration interne

L’exploitation d’un cloud hybride signifie que vous devrez suivre plusieurs fournisseurs et plates-formes et les gérer entre deux environnements informatiques. C’est bien sûr faisable. Vous aurez simplement besoin d’avoir des flux de travail et des processus clairs et une solide équipe de gestionnaires et d’administrateurs pour coordonner les fournisseurs et les services et vous assurer que rien ne passe entre les mailles du filet.

#2. Une intégration du cloud hybride plus complexe que ses compères

place du cloud

Un environnement de cloud hybride peut être difficile à mettre en œuvre et à maintenir. La conception et la mise en œuvre nécessitent souvent les compétences d’un architecte cloud expérimenté pour s’assurer que la mise en œuvre du cloud public utilisée est compatible avec l’infrastructure privée. Cela nécessite également une infrastructure sur site étendue, y compris des serveurs, du stockage et des composants réseau qui doivent être gérés par des équipes informatiques dédiées et formées.

#3. Les enjeux de sécurité liés au cloud hybride

Mélange de différents services informatiques reliés entre eux par des APIs et des VPNs, les clouds hybrides présentent un niveau de complexité tel qu’un attaquant malveillant peut y déceler plusieurs portes d’entrées.
Cependant, ce risque peut être facilement évité en adoptant les techniques de la modern workplace.

#4. Le temps de latence minimal

Pour les applications et services internes de l’organisation ne supportant pas des temps de latence, l’utilisation d’une infrastructure cloud hybride peut s’avérer compliqué.
Cela est dû au fait que bon nombre de données sont situées hors site, ce qui augmente le temps nécessaire pour y accéder. Ce temps varie considérablement en fonction de la bande passante et du réseau internet.

Cloud hybride, cloud privé, cloud public, multicloud … : tout savoir

cloud azure

L’infrastructure cloud hybride quant à elle combine les deux : une partie des données située sur les serveurs du client tandis que le reste est stocké dans des data centers de fournisseurs de cloud public.

Le modèle de cloud public s’appuie sur un fournisseur tiers pour les ressources informatiques à la demande telles que les machines virtuelles, les applications et le stockage, ainsi que des services tels que l’analyse de données, sur Internet ou un réseau dédié. Les fournisseurs de cloud public hébergent des charges de travail et fournissent des services cloud à plusieurs organisations.

Un cloud privé est une plateforme cloud avec une architecture sur site, soit dans le centre de données local d’une entreprise, soit dans une infrastructure physique distincte fournie par un tiers. Le cloud privé peut également s’appuyer sur un logiciel de virtualisation. Quelle que soit l’approche spécifique du cloud privé, les organisations ne partagent pas les ressources avec d’autres utilisateurs.

Avantages et inconvénients du cloud privé

Le cloud privé est un environnement cloud dédié à une entreprise. Cela signifie qu’il a été configuré uniquement selon vos besoins. Le cloud privé peut être géré par votre DSI ou un prestataire informatique. Dans tous les cas, il est hébergé dans un data center ou hors-site.

Le cloud privé présente 3 avantages principaux :

  • Sécurité des données : seule votre entreprise peut y accéder
  • Baisse des OPEX dans le temps
  • Personnalisation de votre cloud selon vos préférences

En revanche, le coût initial du cloud privé est plus élevé avec l’achat des équipements nécessaires. La flexibilité est moins importante pour faire face aux pics de demandes. De plus, la responsabilité de vos data centers est soit pour votre département informatique soit à infogérer par un prestataire informatique.

Avantages et inconvénients du cloud public

Le cloud public est assuré par des fournisseurs de cloud tels AWS ou encore Microsoft Azure. Ainsi, vous louez une partie de leur infrastructure. Il s’agit de ce que l’on appelle une IaaS (Infrastructure As A Service).

Les 3 principaux avantages du cloud public sont :

  • La flexibilité incroyable pour ajouter ou supprimer des ressources dans le cloud
  • Un investissement initial plus faible, il n’y a aucun besoin d’achat de matériel
  • La fiabilité très haute, les services sont distribués sur plusieurs data centers

En revanche, vous perdez la main sur le contrôle et la sécurité des données. Dans le modèle de cloud public, les OPEX sont aussi plus élevés.

Différence entre cloud hybride interne et externe

Un cloud hybride est qualifié d’externe dès lors qu’il intègre au moins un cloud public ou un cloud privé hébergé par un fournisseur.
S’il n’intègre aucune de ces deux technologies, alors c’est un cloud hybride interne.

Le Cloud Computing interne fait référence aux applications, plates-formes et infrastructures informatiques fournies sous la forme d’un ensemble de services aux utilisateurs au sein d’une entreprise privée.

Un cloud externe est différent de ce qu’est un cloud interne. Il s’agit d’une solution de cloud computing qui se situe sur les frontières externes d’une organisation. Ainsi, cela peut être n’importe quoi selon la situation : public, privé ou communautaire. C’est en quelque sorte similaire au cloud public, il ne diffère que par sa mise en œuvre.

Le stockage en nuage interne est efficace pour suivre le flux de travail et la sécurité, mais l’échelle à laquelle les fournisseurs de cloud public atteignent économiquement est inégalée.

Différences entre cloud hybride et le multi cloud

Un cloud hybride est un savant mélange de cloud privé et de cloud public. Le but est de disposer d’une infrastructure fonctionnant de manière synchronisée.

Le multi-cloud est un environnement regroupant plusieurs clouds public, peu importe qu’ils soient hybrides ou non. Par ailleurs, dans le cas d’un multi cloud et afin d’assurer des opérations cohérentes, il est souvent nécessaire d’avoir des outils de gestion supplémentaires.

On comprend aisément qu’une infrastructure cloud hybride peut être multi-cloud ou non.

Les DSI peuvent par ailleurs faire le choix d’utiliser une infrastructure cloud hybride comme un sous-ensemble dans le cas d’une stratégie multi-cloud.

Articles liés
sauvegarde cloud
Comparatif des meilleurs hébergements cloud en 2022
L’hébergement cloud est une manière nouvelle et moderne d’héberger des données, des sites Web et des applications. Avec une technologie cloud innovante, une évolutivité illimitée et un accès constant aux applications et aux données, le cloud permet aux entreprises de tous les secteurs d’économiser de l’argent et des ressources …
plateforme cloud
Fournisseurs de cloud : le comparatif !
Plus que jamais, les fournisseurs de cloud sont regardés de près. Mais qui sont-ils ? Comment choisir son fournisseur de cloud en toute sérénité ? Quelles sont leurs caractéristiques ? …
place du cloud
Migration cloud : réussir son projet de migration
Découvrez toutes les clés pour réussir votre migration cloud. Depuis l’audit de vos infrastructures à la migration cloud, en passant par le choix du fournisseur cloud, les étapes indispensables … …
Contactez un de nos experts
Contactez nous

« * » indique les champs nécessaires

RGPD
Hidden
{embed_url}
  • Hidden
    {embed_url}